top of page

Prix des véhicules d’occasion : le baromètre EvaluCar

Être leader français de la gestion des pertes totales, cela nous amène, entre autres activités, à calculer la valeur de marché 👩‍💻 de plusieurs centaines de milliers de véhicules chaque année.


Cela permet aussi à EvaluCar de porter un regard averti sur l’évolution des prix des véhicules d'occasion. Une étude maison toute fraîche [1] livre quelques enseignements à ce sujet.


Finie l’escalade ? 🧗‍♂️

Nous avons, en premier lieu, observé que les prix des VP sont en train de se stabiliser sur un plateau élevé :

➡ Avec, entre les premier et troisième trimestres 2023, une augmentation moyenne de 0,9 %.

➡ Contre toute attente, cette hausse s’explique notamment par une bonne résistance des véhicules diesel, qui se sont appréciés de 2.8 %. Hypothèse : les gros rouleurs 🛣️, confrontés aux performances décevantes des voitures électriques ou hybrides sur les voyages au long cours, retournent à leurs premières amours.

➡ Le prix des voitures essence tend à se tasser (-0.6 %).

➡ Le T4 affiche pour l’heure une tendance stable, avec un petit + 0.4 % comparé au T3.


Les prix des VUL (véhicules utilitaires légers) ont quant à eux grimpé (+ 2,15 % sur les trois premiers trimestres). Depuis le début du T4, cependant, la dynamique s’est nettement inversée : - 3.4 % par rapport au T3 2023.


Et maintenant ? 🔮

Voilà pour le passé récent.

Pour l’avenir proche, nous anticipons, chez EvaluCar, un lent retour à la normale. C’est-à-dire une baisse progressive d’environ 10 % sur les 12 prochains mois. 📉

La divination n’est pas notre fort, mais nous constatons simplement que quatre des facteurs qui ont soutenu la hausse des prix commencent à devenir moins prégnants.


Retour à la normale 😅‍

1️⃣ Et d’abord, avec le ralentissement de l’inflation qui a touché l’ensemble de l’économie depuis 2022. D’après les prévisions officielles, le taux d’inflation devrait passer de +4,9 % cette année à +2,6 % l’an prochain [2].

2️⃣ Ensuite, grâce à la résolution des problèmes d’approvisionnement en véhicules neufs 🏭. Il aura fallu du temps à l’industrie mondiale pour surmonter la pénurie de semi-conducteurs née du COVID. Il semble qu’on y soit arrivé [3] ! En avril 2023, le géant taïwanais TSMC annonçait même réduire la voilure suite aux premiers signes d’un tassement de la demande, notamment dans l’automobile.


Plus et moins cher 😊

3️⃣ Conséquence, les stocks de VN et de VO se reconstituent. Début octobre, le nombre de VO en réserve chez les professionnels dépassait de plus de 20 % celui de 2022 et approchait celui de 2021. Pour accélérer la rotation, les points de vente affichent aussi de plus en plus des prix en dessous de la cotation [4].

4️⃣ Enfin, on l’oublierait presque, mais le marché des VE n’en est encore qu’à ses débuts (14 % des véhicules vendus l’an passé). Or qui dit massification, dit économies d’échelle et prix tirés vers le bas. La concurrence sanglante ️⚔ qu’entraîne la montée en puissance de nouveaux constructeurs, notamment asiatiques, devrait faire le reste.


L’annonce par Citroën du lancement l’an prochain d’une ë-C3 à moins de 20 000 euros [5] est sans doute un signe...


Sources :


[1] Elle a concerné 823 000 annonces publiées en France, et tous sites confondus.

Comments


bottom of page