top of page

Constructeurs VS Assureurs. Début du bras de fer autour de la voiture electrique .



Ring de box




Tantôt positives, tantôt conflictuelles, les relations entre assureurs et constructeurs ne sont pas un long fleuve tranquille. 🏞️ Dernièrement, c’est autour des véhicules électriques que la tension monte.




Noté salée 🧂



Pendant longtemps, la chose allait de soi. On achetait une voiture et on l’assurait. En négligeant le fait que cette « rencontre » du constructeur et de l’assureur autour du même véhicule devait satisfaire à certaines conditions. Des conditions qui, aujourd’hui, avec la difficulté à réparer les VE, peinent à être remplies.



Plusieurs causes à cela :


➡️ un prix des pièces supérieur à la moyenne ; [1]


➡️ une main-d’œuvre spécialisée relativement rare et des temps d’intervention plus longs ; [2]


➡️ une batterie vulnérable en cas de choc ;


➡️ en cas de choc, justement, certains constructeurs imposent le remplacement systématique de tout le bloc batterie, du moment que les airbags se sont déployés. [3]



On devine la conséquence :


➡️ Les montants d’indemnisation après sinistre dépassent de 25,5 % ceux des véhicules thermiques (d'après une étude internationale menée par Thatcham Research [1]).


➡️ Le nombre des classements en VEI explose, le prix de la batterie représentant souvent plus de la moitié du prix du véhicule lui-même. [4]




Riposte 🤺



Or ces résultats découlent pour une part des choix faits par les constructeurs. Concernant aussi bien la conception des véhicules (sensibilité des batteries et solidité des protections) que le partage des informations avec la filière réparation.



Les assureurs réagissent avec les moyens qui sont les leurs :



1️⃣ en augmentant le montant des primes. Pour différentes raisons, on le ressent moins en France qu’à l’étranger. Mais aux États-Unis, par exemple, — où, il est vrai, la diffusion des Tesla fait grimper la note — assurer un VE coûte 20 % de plus [5] ;



2️⃣ en se retirant carrément du jeu. C’est ce qu’on a vu au R-U : John Lewis Financial Services qui suspend les souscriptions d’assurances des VE le temps d’y voir plus clair.




Et ensuite ? 🤔



Il est peu probable que nombre de constructeurs emboîtent le pas à Tesla, qui rencontre un succès mitigé avec son assurance maison. Vu les moyens financiers nécessaires et la faible rentabilité de l’opération, il faudrait que le refus de « gros assureurs » de couvrir leurs modèles ✖️ les y contraigne.



On peut par contre espérer que les difficultés d’ordre conjoncturel s’estomperont. Le marché du VE, en effet, est à la fois récent et restreint. La massification et la montée en puissance des filières de l’après-vente devraient contribuer à faire baisser les coûts.



Ce qui, cependant, méritera d’être scruté, c’est la persistance des constructeurs à aller vers la « voiture jetable » (voir mon post sur le gigacasting) : production optimisée et réparabilité sacrifiée. 🚮




Sources :



Comments


bottom of page