top of page

La valeur est dans le software

Dans le monde de l’automobile, en à peine une décennie, les innovations digitales, cantonnées au départ au statut d’accessoires, sont devenues le centre à partir duquel est pensé le véhicule dans son ensemble. 💭 Une mutation qui n’est pas sans soulever certaines questions de fond. De mieux en mieux 🦾 Cette évolution présente des bénéfices indéniables : ➡ Le renforcement de la sécurité ➡ L’entretien simplifié 👨‍🔧 ➡ L’analyse en direct de l’efficacité énergétique, qui permet des économies significatives ➡ L’amélioration constante au moyen de mises à jour à distance La valeur est dans le soft ? 👩‍💻 Le changement de paradigme est tel que l’expérience repose désormais plus sur le software (interface de navigation, fonctionnalités disponibles, interconnexion des services) que sur le hardware (éléments mécaniques, carrosserie, intérieur). Cette transformation est en outre favorisée par : ➡ La mutualisation du hardware entre groupes automobiles (plateformes, blocs moteurs, trains roulants) ➡ L’électrification 🔌, qui homogénéise le comportement dynamique des véhicules ➡ La course à l’efficience énergétique, qui uniformise les designs des carrosseries Et c’est ainsi que le software devient l’élément clé de différenciation. Un téléphone à quatre roues 📱💨 L’évolution des portables est à mon avis un bon indicateur pour prédire celle des voitures. En effet, les deux objets partagent des points communs essentiels : ➡ Ils répondent chacun à un besoin majeur (la mobilité d’un côté, la communication de l’autre). ➡ Notre usage est tel qu’ils sont imbriqués dans notre quotidien. ➡ Ils sont l’expression d’un statut social. 😎 Or on voit que, en 30 ans, un modèle-type de téléphone a émergé : une coque avec un grand écran, deux ou trois boutons en façade et un objectif photo/vidéo. En ce sens, ils se ressemblent tous et c’est avant tout le système d’exploitation (iOS, Android, etc.) qui va déterminer l’expérience. Les abonnés absents ? 🤷‍♂️ Signe aussi que le secteur tend à basculer vers l’économie du digital, les constructeurs développent progressivement des services payants à bord de leurs voitures. Ainsi BMW, en 2021, avec son abonnement mensuel pour profiter des sièges chauffants. Et on voit bien l’intérêt pour les marques : continuer, en généralisant ce modèle de microtransactions, à gagner de l’argent même après que la dernière traite est payée. Reste à savoir si les consommateurs souscriront de bon gré, comme ils le font pour les plateformes de vidéos. Ou s’ils auront le sentiment de n’être plus tout à fait les propriétaires de leur voiture… 🙄 #automobile #voitures #digital #informatique #software

Ac

Comentarios


bottom of page