top of page

Hausse des tarifs de l'assurance auto en 2023

Dans un contexte d’inflation généralisée 📈, les primes d’assurance auto sont, elles aussi, parties pour augmenter l’année prochaine. Reste à comprendre les mécanismes ⚙ de cette hausse annoncée.



Des assurés dans la tempête 🌀


Tandis que le nombre d’accidents de la route 💥 demeure stable, les sinistres liés aux aléas climatiques ont été particulièrement nombreux cette année.


Sur le long terme, l’impact du risque climatique devrait continuer à alourdir la facture💰. Covéa Insurance prévoit par exemple que la branche auto devrait enregistrer d’ici 2050 une augmentation de la sinistralité grêle de l’ordre de 20 %.



Le prix de la high-tech 🦾


C’est un lieu commun : les autos, de nos jours, sont bourrées d’électronique et la moindre réparation devient complexe… 🕵️‍♂️🔧


Le prix à payer en cas de pépin s’en ressent forcément, sans parler du coût de l’intervention, plus exigeante en matériel, en compétences et en temps.



La monnaie de ta pièce 🔩


Pour ne rien arranger, le prix des pièces détachées, qui comptent côté assureurs pour la moitié des coûts matériels, continue de flamber.


Dû dans un premier temps au COVID, c’est le renchérissement de l’énergie ⛽ qui est maintenant répercuté à la fois par les fabricants et les transporteurs.



Quelques mesures d’urgence 🙄


Ces trois phénomènes expliquent que les primes devraient augmenter d’environ 3 % en 2023.


Et alors même que la branche auto continue d’être déficitaire, les compagnies d’assurance ont pris plusieurs engagements :

➡ Maintenir la hausse des cotisations en dessous de l’inflation 🏋️‍♂️

➡ Supprimer la vignette

➡ Effectuer une remise de 100 € pour les jeunes en recherche d’emploi 🧒👦



D’autres solutions à explorer 👨‍🔧


1️⃣ Structurer les filières pour privilégier les pièces de réemploi

Ces pièces d’occasion ♻ ne représentent que 3 % des réparations après sinistre. D’immenses progrès restent possibles sur leur identification, leur traçabilité et leur accessibilité pour les garages.


3️⃣ Remettre en cause le monopole des constructeurs

Exception française, un droit de propriété intellectuelle de 25 ans 📜 a historiquement prévalu sur les pièces visibles, bannissant de fait toute concurrence.

De haute lutte, les assureurs ont obtenu que, à partir de 2023, ce monopole soit suspendu pour les vitrages, et ramené à 10 ans pour les rétroviseurs, l’optique et la carrosserie 🚗. France Assureurs plaide désormais pour l’abaisser à 5 ans.


3️⃣ Diminuer les coûts de gestion de sinistres

Ceux-ci représentent en effet une lourde charge pour les assureurs. Ils doivent enregistrer les déclarations, suivre les dossiers, mandater et coordonner les nombreux intervenants, procéder aux règlements…

Aujourd’hui, de nouveaux acteurs, tels EvaluCar (un peu d’auto-promo ne fait jamais de mal 😁 !), permettent, grâce à l’industrialisation et à la digitalisation des process, de simplifier considérablement la gestion des véhicules non réparables.


Comments


bottom of page