top of page

Make car insurance expensive again

1 780 $. 📈 C’est ce que les automobilistes américains devraient, en moyenne, débourser en assurance auto pour une couverture complète en 2024. [1] Là où le conducteur français, lui, ne devrait payer que 652 euros… [2]


Floride ou Ohio ? 🤩

Mais une des choses qui frappent quand on se penche de plus près sur l’assurance auto aux États-Unis, ce sont les disparités entre états. En 2023, s’assurer, en moyenne, coûtait en Floride 2 560 $, contre seulement 1 023 $ dans l’Ohio [3].


Ce niveau record des primes du « Sun State » s’expliquant par :

➡️ la forte présence d’une population à risque (étudiants, touristes, retraités) ;

➡️ l’impact des aléas climatiques ⛈️ ;

➡️ un taux élevé de conducteurs sans permis.


Alors que les tarifs de l’Ohio sont notamment dus au fait qu’une part importante de ses habitants choisissent de s’en tenir aux garanties minimales.


Le bon numéro 🧮

Or ce minimum requis varie grandement selon les états. Les Américains expriment ces valeurs à l’aide de trois nombres, qui correspondent aux « liability limits ». C’est-à-dire aux plafonds qui seront couverts en cas d’accident responsable.


Si, par exemple, vous résidez à New York, vous devrez souscrire, a minima, une police du type « 25/50/10 » 🤔 [4]. Cela veut dire que votre compagnie d’assurance prendra en charge des indemnités de :

➡️ 25 000 $ pour des dommages corporels infligés à une personne tierce ;

➡️ 50 000 $ pour des dommages corporels infligés à plusieurs tiers lors d’un même accident ;

➡️ 10 000 $ pour des dommages matériels.


Et chaque assuré va pouvoir ensuite ajuster ces différents curseurs (et quelques autres !) et arbitrer entre ce qu’il paie et les risques qu’il prend.


Mais pourquoi ? 🧑‍🏫

Au-delà de ces traits particuliers, trois facteurs peuvent, à mon avis, rendre compte du coût élevé des assurances américaines :

1️⃣ le haut degré de juridicisation de la société, qui amène à se protéger contre les risques de litiges ;

2️⃣ le prix des soins médicaux, qui fait que la prise en charge des dommages corporels pèse sur les primes ;

3️⃣ les dispositions légales qui, dans un certain nombre d’états, rendent obligatoires des garanties qui n’existent pas chez nous.


On citera par exemple le volet « conducteur non assuré », par lequel vous devez vous couvrir pour les dommages occasionnés par un chauffard commettant un délit de fuite (les fameux « hit-and-run »).


Nous paierons toujours notre assurance trop cher ! Mais, de l’autre côté de l'Atlantique, l’herbe n’est pas forcément si verte que ça… Et à bien y regarder, on finirait presque par penser que les tarifs en France sont somme toute raisonnables et que notre système a peut-être quelques vertus. 🤫


Sources :

Comentarios


bottom of page