top of page

Remplacement de vitrages : la fin des cadeaux ?

Imaginez un monde où votre pare-brise se casse, où il est remplacé gratuitement et où en signe de… « gratitude » 🎁 le réparateur vous laisse repartir avec une console de jeu, un smartphone ou une trottinette. Le réparateur en question acceptant bien volontiers de rogner sur ses marges pour que demeure en nous l’esprit d’enfance. 🎅

Certaines enseignes spécialistes du remplacement de vitrages s’efforcent de nous convaincre que nous vivons dans un tel univers.



Bientôt hors la loi ? ⛓

Un récit qui semble laisser de marbre les quelques députés qui ont déposé, le 12 septembre, un projet de loi visant à encadrer ces pratiques. Leur lecture, nettement moins romanesque, est à fronts renversés : le prix de ces « cadeaux » est en fait facturé aux assurances, qui répercutent ce surcoût sur les primes. 🤦‍♀️

D’où l’idée d’apporter au Code des assurances deux modifications, qui rebattraient complètement les cartes :

➡ en limitant à 5 % du total de la facture le montant des gratifications pouvant accompagner la réparation

➡ en permettant à l’assureur de contester après coup une tarification disproportionnée et de réorienter le véhicule vers le réparateur de son choix



Avec le recul… 🤔

Cette dernière disposition viendrait donc corriger de ses excès le principe de libre choix du réparateur. Celui-ci, institué par la loi Hamon de 2014, prétendait rendre le marché plus concurrentiel et ainsi servir le consommateur. 💰

Après presque 10 ans, force est de constater que l’équation n’est pas aussi simple, dans une situation où le décideur n’est pas le payeur.



Gros à gagner 📈

Il y a urgence en tout cas du côté des assureurs à faire quelque chose. Le SRA a récemment communiqué ses chiffres pour 2022, qui placent le bris de glace au premier rang des sinistres autos (37 %) [1]. Cela correspond, pour les compagnies d’assurance, à 15 % de leurs charges réparations, soit 1,6 milliard d’euros. 🏋️

Si la fréquence a légèrement baissé, le coût moyen des réparations a, lui, pris près de 6 %. On reste par conséquent sur les mêmes tendances affolantes (+42 %, déjà, entre 2015 et 2021) [2].



Feu de tout bois 🔥

Dans ce contexte, les assurances ne se contentent pas de « sensibiliser » le législateur à leur point de vue.

L’hiver dernier, la MACIF annonçait le rachat de Mondial Pare-Brise. Au début du mois, c’est France Pare-Brise et Ornikar qui officialisaient leur partenariat. Ornikar, auto-école en ligne qui développe sa branche assurance depuis 2020, cherche ainsi à aiguiller ses clients vers ce réseau de réparation👈.

Nulle obligation pour les assurés, mais un ensemble de facilités et d’avantages (prêt de véhicule, pose à domicile, agenda en ligne, etc.) qui devraient en séduire plus d’un.

Entre accords commerciaux, lobbying et acquisitions, les assureurs n’ont pas dit leur dernier mot dans leur combat contre l’augmentation de la charge sinistre du bris de glaces.


Kommentare


bottom of page