top of page

Assurance embarquée : le nouveau modèle qui va tout changer ?

Vous achetez un billet d’avion et souscrivez une assurance annulation ? 🙋‍♀️ L’assurance embarquée fait déjà partie de nos vies. Dans le secteur automobile, ce modèle n’en est encore qu’à ses prémices, mais ça risque de secouer…


C’est l’avenir !

🔮 On parle d’assurance embarquée chaque fois que, au cours de la même transaction, il y a à la fois achat d’un produit et souscription à une assurance. D’après une étude publiée par @Ernst & Young, pas moins de 30 % des produits d’assurance devraient passer par ce canal d’ici 5 ans. 📈 @Maximilien Dauzet, fondateur de la start-up @Neat, spécialisée dans ce type de solutions, évoque lui aussi ce marché gigantesque, soulignant le fait qu’actuellement « 80 % des marchands ne proposent pas d’assurance ».


Psychologie 🧠

Or ce modèle possède des atouts solides pour gagner, dans le sillage de Tesla ou Fisker, l’assurance automobile :

➡ La motivation à assurer un produit n’est jamais aussi grande qu’au moment de l’achat. ➡ La relation avec les marques 😍 est souvent bien plus forte qu’avec les compagnies d’assurance. ➡ Cette solution clé en main permet, sans se poser plus de questions, de repartir au volant de la voiture que l’on vient d’acheter. ➡ Toutes les informations déjà fournies pour l’acquisition du véhicule sont d’emblée disponibles : exit les formulaires à compléter !


Faim de loup 🐺

Partant de là, les constructeurs peuvent nourrir de grandes ambitions : ➡ proposer une expérience utilisateur simple pour un produit historiquement complexe (point de contact unique, démarches simplifiées, personnalisation, etc.) ➡ capitaliser sur une identité forte et intégrer l’assurance dans un écosystème où tout ce qui gravite autour de l’auto reste arrimé au constructeur (entretien, réparation, in-car entertainment, etc.) ➡ proposer un « pricing » performant 🖩, grâce à leur connaissance technique des véhicules et aux données collectées sur le comportement des conducteurs (ce que fait Tesla avec son scoring) ➡ capter, in fine, une partie de la valeur du secteur de l’assurance auto


Où va-t-on ? 🕵️‍♂️

Si la percée de l’assurance intégrée se confirme, le secteur devrait donc se redéfinir selon au moins quatre tendances : 1️⃣ internationalisation du marché de l’assurance, à l’image du marché, déjà mondialisé, de l’automobile ; 2️⃣ affaiblissement des réseaux de distribution d’assurance traditionnels (courtiers et agents, surtout sur le marché des particuliers) ; 3️⃣ mainmise accrue des constructeurs sur la réparation et la fin de vie des véhicules ; 4️⃣ multiplication des partenariats entre constructeurs et assureurs (comme, dernièrement, entre Fisker, Helvetia et l’insurtech Qover).


À voir 👀

Mais vendre un produit d’assurance est une chose. Une autre est d’offrir, en cas de sinistre, une expérience client qui soit à la hauteur. 😅 Et sur ce point, de nombreux progrès restent à accomplir. D’autant qu’un sinistre mal géré entachera par ricochet l’image du constructeur…

Commentaires


bottom of page